Je veux être heureux-se !

Ça vous parle ?

C’est peut-être la phrase que j’entends le plus souvent en séance. Et c’est bien naturel. 

On nous submerge d’images de gens heureux auxquels on ne s’identifie pas forcément. Des gens qui réussissent tout, qui semblent bien au travail, bien dans leur couple, qui ont des amis, une vie sociale etc …

Alors on se dit que si on n’est pas comme eux, c’est qu’on n’est pas heureux…

On nous vend des publicités de petits déjeuners avec des gens souriants, plein d’énergie et en famille alors que nous nous réveillons fatigués et avons du mal à faire avaler une tartine à notre ado. 

Les réseaux sociaux nous abreuvent de gens souriants, qui font plein de choses. 

« Les autres » sont toujours dans des activités physiques : ils font du vélo, du trail, de la danse alors que nous, que nous peinons à trouver un créneau de sport dans la semaine

« Les autres » font des tas de sorties culturelles, et parfois même ( pour les super héros) avec leurs enfants : ils vont voir une expo, se faire une toile, assister à un concert alors que nous, nous avons du mal à aller au bout de notre journée en ayant fait autre chose que le travail et les incontournables de la maison (enfants repas courses).

Mais ce que nous voyons, ce sont des images, des actes de créations, la mise en valeur d’un évènement. Ce n’est pas la réalité.

Mais alors, c’est quoi la réalité ? C’est quoi votre réalité ? 

Déjà, le bonheur, à mon sens, ce n’est pas un état stable et définitif.Il n’y a pas un espace temps dans votre vie qui s’appelle le bonheur, avec une frontière ou une limite. Avant ce n’est pas le bonheur, et là… ça y est j’entre dans le bonheur. Mais attention, si je fais un pas par ici, ou un pas par là ce n’est plus le bonheur.Comme si c’était un pays avec un dedans et un dehors.

Le bonheur c’est de trouver des instants de joie dans notre quotidien ici et maintenant. 

Le bonheur c’est d’arriver à se réjouir que le feu passe au vert quand on arrive alors qu’on est déjà très en retard parce que le petit à renverser son chocolat chaud sur son T-shirt et qu’il a fallu le changer avant de partir. 

Le bonheur c’est d’arriver à ne pas être bléssé par l’attitude du collègue qui prend un malin plaisir à nous compliquer la tâche au travail et à se sentir léger en sa présence. 

Le bonheur c’est de prendre quelques secondes pour savourer l’enthousiasme du chien quand on rentre des courses.

Le bonheur c’est d’avoir réussi à accomplir la première étape de son objectif , de se faire sa petite danse de la victoire et de planifier la deuxième étape

Le bonheur c’est … alors c’est quoi pour vous ? Quels sont ces moments qui vous apportent de la joie ? Ces instants, parfois très courts, qui vous nourrissent le cœur ?  

« Il y a un grand malentendu qui empêche de goûter la joie inconditionnelle. A tort nous croyons qu’elle ne sera possible que le jour où nous aurons guéri de toutes nos blessures alors que cette joie est possible dès maintenant, même au cœur du tourment » Christophe André

%d blogueurs aiment cette page :